Ouest-France

Ouest France, 13/08/2011

Un vrai coup de pouce à l’activité économique locale – La Perrière

Les Estivales offrent des retombées économiques locales mais surtout une volonté de faire appel aux acteurs locaux de talent qui fourmillent dans le Perche.

Melisa, l’hôtesse de l’Office du tourisme de La Perrière, a vendu les pass promotionnels pour les 3 jours, et continue de vendre des billets et informer les visiteurs : « Ce qui a le plus marché c’est la journée musique celte de vendredi avec Nolween Leroy et surtout Tri Yann ». Elle sera sur le pont aussi durant le festival : « Pour faire découvrir le village, il n’y a rien de mieux ! On avait les artistes, les artisans, il nous manquait la musique, et voilà, c’est fait. »

Elisa Fiasca, artiste plasticienne mais aussi infographiste habite à La Perrière. Elle y a fait un parcours artistique avec l’association Label Friche qui a laissé des souvenirs mémorables d’événements décalés. Elle sait ce qu’est le travail en urgence et a répondu présente avec enthousiasme. Elle a réalisé le site internet du festival avec Isabelle de Novion de Montgaudry au travers de leur société Elisabel (www.pegasepba.com) : « Serge Malka nous a contactées en février et on s’est mises à bosser sur le site tout de suite et jusqu’à maintenant. » Elisa a aussi conçu le logo, fait les maquettes des programmes, affiches, incrustations pub, pochette de disque… « C’est un super boulot, en plus ils sont tous sympas et ça ne gâche rien. »

Philippe Barret a monté le studio d’enregistrement La Rivière à Montgaudry, village voisin : « Je suis très heureux de participer à cette aventure. Nous avons réalisé le CD du festival, compilation des chansons des artistes présents. Nous accueillons aussi les stars pour des répétitions, et je peux dire qu’il y aura des duos inédits très intéressants. »

Arnaud Le Saout, de la société d’édition SNA à Tourouvre : « Nous avons imprimé tous les documents papiers, affiches, programmes etc., et nous avons pressé le CD du Festival. Je pense que c’était naturel puisque c’est notre métier et que nous sommes dans le Perche, mais il y a une véritable volonté des organisateurs à faire appel au maximum aux ressources du cru. »

Enfin, l’emploi direct de Nathalie Tessier, l’attachée de production, qui est également une voisine : « C’est génial je fais mon métier à deux pas de chez moi ! »

Les Estivales sont parties pour s’inscrire dans la durée, espérons-le pour Le Perche.

Ouest-France, samedi 13 août 2011

Contact

Votre nom *

Votre e-mail *

Votre téléphone *

Votre site Web

Quand vous contacter ?

Le Blog